Assurance discothèque

assurance d'une boite de nuit

L’univers de la Nuit (discothèques, night club…) est un monde à nul autre pareil ; qui concentre toutes les aspirations, tous les rêves mais aussi tous les excès. Passée la porte, toutes les barrières tombent pour laisser la place à un tourbillon de musique, de lasers, de fumée et de rapprochements intimes.

Pour autant s’il est une profession où le dirigeant se doit de garder la tète froide, il s’agit bien de celle de gérant de boîte de nuit. D’autre part plus que partout ailleurs, il doit anticiper les risques, prévoir les débordements et planifier des réponses adaptées.

>> Gérant de night club ? Comparez les devis d'assurances professionnelles !

VOTRE ACTIVITE
VOS INFORMATIONS

Discothèque : Que dit la loi ?

La profession de gérant de discothèque n’est pas à proprement parler réglementée et ne nécessite pas de formation particulière, si ce n’est une expérience du monde de la Nuit. Pour autant de nombreuses obligations s’imposent avant et après l’ouverture.

Des compétences, une volonté…et un amour de la Nuit.

Le meilleur chemin pour accéder à la profession de gérant de discothèque, est le passage successif par les différents postes internes : agent de sécurité, manager de salle, barman… Le but étant d’acquérir une expérience en « live » de tous les problèmes auxquels doit faire face un directeur de night club. D’autre part la volonté est la première qualité dont il doit faire preuve. Volonté pour résister à toutes les tentations (alcool, drogue, sexe, argent facile, etc. Volonté aussi pour surmonter les obstacles, les suspicions voire les entraves quotidiennes, que peut susciter l’administration. Enfin et il s’agit véritablement là d’un impératif absolu, il faut aimer le monde de la Nuit et les gens qui en font partie.

Les risques spécifiques aux discothèques

Outre les habituels risques communs à toutes entreprises recevant du public, les discothèques sont sujettes à des dangers et des menaces bien spécifiques, qui loin d’être anecdotiques peuvent parfois être récurrentes. Elle se divise schématiquement en deux catégories.

Les assurances obligatoires et complémentaires

La seule assurance obligatoire concerne la responsabilité civile professionnelle. Pour autant aucune autorisation d’ouverture ne sera donnée, sans que l’ensemble des risques visibles évoqués plus haut ne soit couvert par une multirisque professionnelle. La couverture risque des discothèques rentre dans la catégorie des marchés de niches et fait donc appel à des compagnies qui se sont spécialisé dans ce type d’activités. Il est impératif, même si les tarifs peuvent sembler prohibitifs (3 à 4 fois le prix de la couverture risque d’un bar ou d’un restaurant), de faire appel à ces spécialistes pour des contrats sur mesure. Concernant les risques dits « invisibles », il existe quelques impératifs à garder à l’esprit. Le premier est de disposer d’une assurance avec protection juridique la plus complète possible. Le second est de prévoir au sein de la couverture pour perte d’exploitation (fermeture de l’établissement), une clause de force majeure (racket…). Au vu de ce qui précède, l’on comprendra aisément l’importance de faire appel à des compagnies spécialisées. De plus amples informations juridiques, fiscales et sociales, peuvent être obtenues auprès du Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs